La figure humaine occupe une place essentielle dans l'univers de catherine Seher (née en 1958, à Paris où elle vit et travaille). Ce qui frappe immédiatement, c'est sa maîtrise à dominer les problèmes d'espace et de mise en place. Ses comositions puissamment brossées mettent en scène des figures féminines, des enfants, dans des environnements paysagers indéfinis. Ce monde onirique est dans un entre-deux, celui d'un réel rêvé ou d'un songe éveillé? Le peintre y déploie ses qualités de coloriste, développant des chromatismes sourds et contrastés. Par vagues, par taches, par aplats repris dans des couches qui ruissellent et creusent la profondeur, ses personnages émergent d'un flou qui est pure peinture. Une peinture chaleureuse pour suggérer ce qui se cache derrière le réel. Que valent  ces apparitions? Elles nous interrogent, nous invitent à poursuivre avec elles leur histoire. Etrange sentiment d'incertitude visuelle exprimé par une assurance picturale transposée par cette artiste dans de très beaux dessins. Présence-absence de figures mélancoliques que Catherine Seher trace d'une ligne pudique, frémissante, mais avec autorité. Le crayon frôle le papier, dépose le graphite rehaussé de couleur, de fusain, des médiums venus enrichir le modelé d'un corps, d'un visage. L'énigme se renforce de ces riens. Avec délicatesse et un raffinement plastique très personnels

Lydia Harambourg  - La gazette drouot n°21 - mai 2016

Huguette Hérin - Travers    écrivain

"Dis-moi, ton coeur parfois, s'envole-t'il, Agathe?..."  Baudelaire.

Il est toujours possible de décider d'avoir recours à la chronologie à

propos d'une oeuvre et ainsi déterminer des évolutions, des paliers...

S'agissant des  peintures  de Catherine Seher,  ce choix manquerait

totalement de pertinence.  Les premières  toiles et  dessins exposés

portent déjà  les  grandes  options     -  explicites en filigranes  -   de

l'artiste.   Une  alchimie,  une oscillation  entre  l'incertitude,  le

suspens et cette façon d'être au monde assumant un indéniable

défi que seule l'enfance osera susciter.

Fictions rêvées

Catherine Seher nous emmène dans un monde, où les nus et portraits féminins prennent possession de la toile comme à travers des fictions rêvées. Les personnages s'y dévoilent de manière subtile. Les couleurs y sont estompées d'un voile d'innocence, comme si l'artiste hésitait à les révéler à nos yeux. L'image du corps est alors empreinte d'une mystérieuse et sensuelle douceur.

                                                                                                               

                                                                                                                                           Pierre Souchaud

                                                                                                                                               

Marie-Hélène Prouteau - Pays de Loire

Maurice J.Etrade - Gestion de fortune n° 207

Portrait de neuf pages -  AZART n°27

               Copyright © 2016 Catherine Seher tous droits réservés